Confinement à la campagne, semaine 4

Un confinement qui nous fait perdre tous nos repères ! Je suis toujours confinée chez moi, en Creuse, depuis…. Je suis bien incapable de dire depuis combien de temps : 3, 4 ou 5 semaines ? Le temps passe et les heures et les jours s’égrènent au même rythme, celui de la nature. La nouveauté cette semaine, ce sont les vacances ! Quelle chance, le temps est magnifique, digne d’un début d’été.

Un matin pas comme les autres… confinée en Creuse !

Je prends mon café matinal sur la terrasse de la maison. Je dépose même un petit biscuit près de la tasse, comme au café, un matin de marché ! Mais ici, aucun bruit. Enfin, aucun bruit humain parce que les oiseaux, eux, s’en donnent à cœur joie. Les mésanges et les rossignols ne chantent que pour moi ! Les rainettes aussi ont organisé de véritables concerts. Comment imaginer qu’un son si puissant provienne d’un animal si petit ? J’ai joué la curieuse, partant à sa recherche dans le jardin : contre un pot de fleur, abritée sous une pierre ou posée tout simplement sur une feuille. La petite rainette verte n’est vraiment pas farouche.

Des vacances de Pâques en Creuse… là aussi pas comme les autres !

Dès le premier jour des vacances, j’ai sorti les chaises longues ! Le soleil brillait et j’étais bien décidée à profiter de ces chauds rayons salutaires. C’est sous le saule pleureur que je me suis installée avec “L’Heure de la Louve”, le dernier roman de Sylvie Aubert, écrivaine bourganiaude.

Ce fut un beau voyage au moyen-âge, dans un de ces châteaux aux murs épais et aux volumes impressionnants. L’action se déroule dans la vallée profonde du Thaurion, cette magnifique rivière qui traverse notre territoire. Suivre le Thaurion (ou Taurion) permet de traverser des lieux remarquables du département. Ses gorges sont extrêmement dépaysantes près de Thauron ainsi qu’à la Rigole du Diable, où le nom livre déjà toute une histoire… Le Thaurion cascade, s’apaise, saute par-dessus les pierres, s’engouffre sous des ponts remarquables et célèbres, comme le Pont de Senoueix !

La fraîcheur de son eau me ferait du bien… Complètement absorbée par mon aventure historique, j’avais sous-estimé les capacités du soleil d’avril. En deux heures seulement, il a donné une belle couleur “écrevisse” à mes pieds dénudés et presque incandescents 🙂

Un goût de terroir pour finir cette douce matinée campagnarde

Le barbecue a aussi contribué à la saveur de ces quelques jours de repos. Un journal froissé, une poignée de branches sèches et quelques bûches plus tard, la braise rouge était prête à accueillir des côtelettes d’agneau, des andouillettes ou une tendre côte de bœuf. Nous avons la chance de bénéficier de plusieurs dispositifs mis en place pour profiter des bons produits locaux : pré-commande chez les commerçants, retrait de paniers de producteurs en drive, marchés…

 

Finalement, ces vacances confinées en Creuse avaient le vrai goût des vacances ; ça fait un bien fou ! Ces vacances en Creuse sont synonymes de ressourcement, de quiétude, de bien-être… comme la vie ici tout simplement !