Ahun

Ahun

Ce bourg discret est à lui seul un condensé de patrimoine creusois : antiquité romaine, travail de la pierre, architecture romane, châteaux et viaduc « type Eiffel ».

Vestiges archéologiques et architecture religieuse

Riche d’un passé de plus de 2000 ans, Ahun ou « Acitodumum » était à la période gallo-romaine un important carrefour sur la voie romaine reliant Lyon à Saintes. Quelques vestiges de cette époque sont aujourd’hui présentés dans le jardin lapidaire Jacques Lagrange. Cet espace aménagé à la française permet également la découverte de plusieurs sarcophages médiévaux.

Depuis le jardin, le visiteur a une magnifique vue sur le chevet roman de l’église. L’édifice construit sur l’emplacement d’un ancien temple païen ou d’un mausolée mérite le détour. La crypte abrite le tombeau reliquaire de Saint Sylvain patron d’Ahun. Dans l’église, le chœur orné de boiseries du XVIIème siècle fait écho à celles de Moutier d’Ahun, plus renommées, et qui ne sont qu’à un kilomètre d’ici à vol d’oiseau !

A l’intérieur des anciens remparts, les ruelles d’Ahun s’enroulent, étroites et ombragées. De vieilles et hautes maisons témoignent de la riche histoire du bourg : maison des Comtes de la Marche, hôtels particuliers, anciennes échoppes… Quelques pierres réemployées de ci, de là, les fossés protecteurs et de nombreux éléments du petit patrimoine sont autant de jalons à la reconstitution de l’histoire souvent mouvementée d’Ahun.

 

A quelques kilomètres de là, l’élégant viaduc de Busseau sur Creuse, du haut de ses 57 mètres, domine la vallée et traverse la large vallée de la Creuse sur 338 mètres.

Dans le style des constructions métalliques de Gustave Eiffel, ce viaduc ferroviaire a permis dès 1844, la distribution de la houille exploitée dans les mines de Lavaveix les Mines toutes proches.

Coup de

Coeur

Creuse