Paroles d'acteursSébastien, garde du littoral
© Sébastien Massy, Syndicat du lac | Sébastien Massy, Syndicat du lac
Île de Vassivière

Naturalité et paysage, un écosystème rare à préserver

Syndicat du Lac

Le plateau de Millevaches, considéré comme le « château d’eau de la France », est une immense réserve d’espaces naturels. Elle bénéficie d’une protection spécifique, au titre entre autres des sites Natura 2000,  d’intérêt communautaire et abrite des espèces et habitats rares.

Puy Du Rocher - Lac de VassivièrePuy Du Rocher - Lac de Vassivière
©Puy Du Rocher - Lac de Vassivière|Puy Du Rocher - Lac de Vassivière

Ainsi, autour du lac s’étendent 7600 hectares de zones naturelles vallonnées, qui alternent entre tourbières, étangs, landes et forêts. Le vert, le bleu, le gris, mais aussi les nuances flamboyantes d’ocres, de rouges et d’orangés marquent chaque saison par des ambiances très différentes.

Ici, à Vassivière, on prête une attention toute particulière à la nature pour retrouver les paysages originels et ouvrir les panoramas.
On a tous dans notre imaginaire des histoires de bergères et de brebis, qui nous rappellent notre enfance !
Ici, l’éco-pâturage est une réalité. C’est ainsi que dans ces beaux espaces colorés, vous croiserez peut-être, au détour d’un sentier, une bergère gardant ses moutons avec son chien*.
Les brebis ont été réintroduites, comme autrefois et pâturent la lande.
En saison, partagez son expérience en la suivant lors de sa transhumance autour du lac, de la « Faites des Bergers »  ou lors des animations « de Villages en Sonnailles« 

Autre écosystème identitaire de notre territoire : la tourbière.
C’est un bien rare, qu’il faut préserver pour éviter la colonisation d’arbres et arbustes qui amènerait à son extinction. La restauration de ce milieu si fragile, nécessite des précautions toutes particulières, une méthode de travail douce, non mécanique.
Alors, ici, ce sont des chevaux qui débardent, aussi comme autrefois, afin d’étendre les habitats nécessaires à la reproduction d’espèces protégées et de créer des panoramas sur ces milieux peu connus.

L’objectif à long terme de ces différents travaux orchestrés par le Syndicat du lac et le Conservatoire du littoral, en concertation avec d’autres acteurs locaux (ONF, PNR de Millevaches et CEN Nouvelle-Aquitaine) est de ramener de la lumière à ces beaux espaces colorés aux ambiances canadiennes par la création de parcours et d’ouvertures paysagères, dans le respect des milieux et pour le bonheur de tous.

Les bons réflexes face à un chien de troupeau  >>>>>>>

section-banner-top
Trois questions à ...

Sébastien Massy,

Garde du littoral - Lac de Vassivière
En quoi consistent vos missions ?
Nous avons un rôle d’aménagement général du site. Nous travaillons également en collaboration avec l’Office national des forêts pour tout ce qui concerne les coupes annuelles de bois. L’objectif est de développer les points de perspectives et les milieux ouverts et de maintenir un aspect naturel et sauvage au site. Côté tourisme, nous avons la chance d’avoir un public très sensible et attentif à la qualité environnementale du site. Je suis même surpris par l’attitude de plus en plus précautionneuse des touristes. Pour preuve, nous avons retiré les poubelles à proximité des aires de pique-nique et c’est une réussite car les gens emportent leurs déchets avec eux.
Quels types d’aménagements faut-il apporter au site ?
Au lac de Vassivière, nous sommes dans un espace public. Tout doit être fait pour valoriser le site et favoriser la découverte des paysages environnants. L’accès au lac est compliqué, c’est aussi ce qui fait son charme et garantit la quiétude des lieux. Ici, il y a peu de manifestations et lors de certains gros événements liés aux activités sportives sur place, comme les épreuves de triathlon, les courses de paddle ou de swimrun qui accueillent une centaine de participants, il suffit de bien les réguler. L’important c’est de maintenir des espaces de quiétude.
Quels projets avez-vous pour le site à court terme ? Nous souhaitons développer les métiers liés au pastoralisme dans la montagne limousine. Pour cela, nous travaillons de concert avec le Parc naturel régional de Millevaches pour identifier des terrains en friche et redonner à de jeunes agriculteurs l’opportunité de s’installer pour développer l’élevage ovin sur le site. Nous avons déjà un plan de gestion pour les quelque 200 hectares de pâturages alentour. Nous avons à cet effet embauché une bergère pour assurer la transhumance des moutons autour du lac. L’occasion de proposer aux touristes des randonnées pastorales en moyenne montagne de deux à trois heures agrémentées d’animations sur le travail à la ferme.Source : extrait article du magazine de voyage « Grands reportages« 

Laissez-vous guider