by : JokImpression
©Impression|Service Tourisme Pays Sostranien
Bars et bistrots sostraniens

On a fait une pause au Bar Du Marché !

Sur la place du marché à La Souterraine

Laissez vous tenter par la terrasse couverte s’étendant dans son coin

Vous y serez accueillis par Séverine.

Publié le 9 mars 2022
Img 0946Img 0946

On se souvient de cette toute jeune parisienne virevoltant entre les tables du Café-Chaud où elle a fait ses débuts dans le métier.
La vie l’a menée d’expériences en expériences, vente, hôtellerie de luxe ou autre. Mais la voilà revenue au bar. Le besoin de liberté, nous confie-t-elle. Ici elle est son propre patron, régnant sur son bar comme sur son foyer, dispensant conseils et attentions.

Je ne suis pas là pour tout révolutionner, dit Séverine.

Et il est vrai qu’elle s’attache à préserver l’esprit du bar de quartier.
Pour autant, sa touche artistique est partout.

Là des tableaux pêle-mêles, ici une sculpture.

Jusqu’aux indispensables publicités qui sont découpées et recollées pour les harmoniser avec le décor.

Elle a même réussi à y intégrer un semblant de cheminée !

Séverine s’attache aux détails et vous reçoit comme une maitresse de maison attentive.

La vente à emporter, elle l’avait anticipée.

Non pas qu’elle eut prédit la crise sanitaire.

Simplement,

avec bon sens et gentillesse, elle avait pensé aux besoins des marchands ambulants.

Car « le marché, c’est la récompense de la semaine ! »

La place s’anime, grouille d’un petit monde dégagé des soucis quotidiens.

On se salue, on discute.

Tous les âges se croisent en une sympathique cohue.

Alors on prend le temps de s’asseoir un moment pour refaire le monde ou parler de la pluie et du beau temps.
Si vous passez par-là, franchissez la porte du Bar du Marché.

Vous aurez l’impression de rentrer dans un lieu confidentiel, mais vous rendrez vite compte que tout le monde y est le bienvenu.

Ici on pense avant tout à votre bien-être.

L’ambiance y est intimiste et parfaite pour boire un chocolat ou se retrouver entre amis.

 

 

Logo : François Hedin